Chargement...

Talk

Défiler

Étude de cas suivante Labplas

Le could, un investissement qui rapporte

Restos Plaisirs

Fondé en 1987, Restos Plaisirs exploite douze restaurants, deux boutiques et un service de traiteur, le tout sous sept enseignes différentes. Le Cochon Dingue est le plus connu du lot, avec 5 restaurants répartis dans la grande région de Québec. Restos Plaisirs, c’est aussi 1000 employés dédiés et une marque forte reconnue pour sa culture axée sur l’expérience client.

Restos Plaisirs accorde une attention toute particulière à la formation de son personnel, au décor de ses restaurants et à ses recettes, mais aussi au virage numérique entrepris au cours des dernières années, centré sur l’expérience utilisateur (UX). L’entreprise possède plusieurs sites web pour ses restaurants, une application mobile pour la fidélisation de sa clientèle et la génération de points et récompenses, ainsi qu’un tableau de bord à l’usage des employés pour gérer les campagnes de promotion sur ses différentes plateformes numériques.

Défis

En raison de problèmes de performance, de stabilité ainsi que des pannes fréquentes de service, Restos Plaisirs devait revoir son infrastructure cloud.

Initialement, Restos Plaisirs utilisaient plusieurs machines virtuelles (VM) sur AWS. Les ressources de ces serveurs étant fixes , l’entreprise devait s’assurer d’avoir en tout temps une quantité de ressources plus importante que nécessaire pour absorber les pics d’achalandage sur ses différents sites web. De plus, il arrivait lors de ces pics que la capacité de la VM était dépassée ce qui faisait tomber le serveur, entraînant ainsi une coupure de service pour la clientèle.

S’ajoute à cela le fait que tous les services utilisés, incluant la base de données, étaient installés sur la même VM. Lorsqu’un système exigeait davantage de mémoire, cela avait pour effet de saturer la machine virtuelle au détriment des autres systèmes. Enfin, ces contraintes obligeaient un monitorage et des interventions constantes de la part du personnel technique.  

Solution

Notre mandat consistait à automatiser la gestion et l’entretien de l’infrastructure cloud du groupe Restos Plaisirs. En premier lieu, l’ensemble des solutions ont été intégrées à AWS Elastic Beanstalk afin, notamment, de permettre à l’infrastructure d’évoluer automatiquement, de façon ascendante ou descendante (auto-scalable) en fonction de l’achalandage sur les différents sites web. Cela permet ainsi à Restos Plaisirs de payer uniquement pour ce qu’elle consomme, éliminant par le fait même le gaspillage de ressources durant les périodes de faible achalandage. De plus, puisque le backend des sites web sont gérés par Beanstalk, si ces derniers tombent en raison d’une anomalie, un autre avec des configurations identiques prend le relai afin d’assurer la continuité des services, et cela, en quelques secondes seulement.

Les sites web ont ensuite été migrés vers S3 et hébergés via CloudFront afin de bénéficier d’un transfert de données à haut débit, d’une mise en cache et d’une faible latence. Un travail de migration de données a aussi été accompli afin de migrer la base de données existante vers DocumentDB. DocumentDB se veut un un service de base de données de documents rapide, évolutif, hautement disponible et entièrement géré offrant ainsi à Restos Plaisirs la paix d’esprit concernant l’hébergement de ses données. Au surplus, nous avons activé Amazon Simple Notification Service (SNS) qui permet de notifier l’équipe technique par courriel ou message texte lorsqu’une alarme survient.

Vooban a également mis en place des environnements de tests afin de permettre à Restos Plaisirs de valider les changements et nouvelles fonctionnalités tout en leur permettant de s’assurer qu’il n’y a plus de bogue avant que les modifications soient déployées en production.

Enfin, Restos Plaisirs utilise le service AWS Cloudwatch afin d’automatiser le monitoring des activités de ses systèmes, détecter les anomalies et alerter de façon proactive l’équipe technique afin de résoudre les problèmes le plus rapidement possible. À titre d’exemple, chacun des restaurants possède un système lui permettant d’envoyer toutes les factures dans le cloud afin qu’on puisse valider automatiquement si elles correspondent aux factures émises via l’application mobile. Ainsi, on s’assure que le client reçoit le bon nombre de points de fidélisation, car on contre-valide le montant, le numéro de facture, etc. Aussi, lorsque le système détecte qu’un restaurant n’envoie plus de factures, une alerte est émise afin que l’on puisse régler le problème rapidement.

Résultats

Le premier objectif de Restos Plaisir a été atteint, soit d’améliorer l’expérience de sa clientèle sur ses plateformes en offrant une meilleure continuité de services grâce au travail de stabilisation de l’infrastructure. La “cloudification” aura également permis à l’entreprise d’économiser en coûts d’entretien tout en évitant que des anomalies passent sous le radar pendant une période prolongée et ne s’aggravent.

Il va sans dire que ce projet tombait à point, car il fut complété tout juste avant la crise de la Covid-19. Sans cette migration, il est plus que probable que Restos Plaisir n’aurait pas pu faire face à la crise avec la même agilité. Qui plus est, Restos Plaisirs a obtenu la paix d’esprit technologique!